3ème pilier suisse 2016 : que faut-il savoir ?

3ème pilier suisse

En Suisse, il a longtemps existé un 1er pilier, constitué de l’Assurance Vieillesse et Survivants (AVS) et de l’Assurance Invalidité (AI), et un 2ème pilier qui était constitué de la prévoyance professionnelle. À la suite de ces deux options est née une troisième possibilité, le 3ème pilier. Ce dernier peut être lié, c’est le 3ème pilier a. Il peut être libre, c’est essentiellement le 3ème pilier b.

3ème pilier b : prévoyance libre

Le 3ème pilier b est une prévoyance très flexible, on retrouve dans le 3ème pilier b des produits tels que l’assurance vie ou encore les fonds de placement. La durée d’un contrat d’assurance de 3ème pilier n’est pas réglementée, le capital reste disponible et il est possible de racheter l’assurance à tout moment. Seul le montant déductible est plafonné. Par contre, il n’y a pas de limite de versement.

Le 3ème pilier b est ouvert à un très grand nombre de personnes. En fait, le troisième pilier b est ouvert à tous les travailleurs qu’ils soient en Suisse ou non et nul n’a besoin de définir des objectifs pour y souscrire. Toutefois, il peut y avoir un preneur d’assurance différent de la personne assurée et différent aussi du payeur de la prime. Les avantages sont nombreux sur ce plan. Par exemple, une assurance-vie peut profiter à d’autres personnes que celle qui y souscrit. Et il n’y a pas de limite de nombre, elle peut profiter à une seule personne comme elle peut profiter à plusieurs.
Chose tout à fait particulière, le choix des personnes qui bénéficieront du capital en priorité vous appartient totalement.

Pour le 3ème pilier b, la déduction fiscale varie en fonction des cantons. L’imposition se fait principalement sur la durée du contrat et porte sur les valeurs de rachat en tant que fortune.

3ème pilier a : prévoyance liée

Contrairement au 3ème pilier b, qui ne peut être obtenu qu’au travers d’une assurance, le 3ème pilier a est offert par les assurances et par les banques. Cela s’explique par le fait qu’il ressemble le plus à un compte d’épargne. Il est généralement considéré comme complément du 1er et du 2ème pilier et assure principalement une protection après la retraite. C’est pour cela que c’est une prévoyance liée au capital de prévoyance vieillesse.

Le capital ne peut être retiré que sous des conditions très strictes. Il faut pour cela être à cinq ans de l’âge de la retraite ou quitter définitivement la Suisse ou devenir indépendant ou acheter une résidence principale. C’est à la fin du contrat seulement qu’on prélève un impôt sur le revenu, mais c’est un taux d’imposition spécial. Le long de la durée du contrat, il est possible de réaliser jusqu’à 2000 CHF d’économies d’impôts par an.

Le 3ème pilier a comporté des avantages fiscaux énormes. C’est sans doute en conséquence de cela qu’on limite les versements annuels à 6768 CHF par année civile pour un salarié et 20% du revenu net d’exploitation pour un indépendant, avec un montant maximum de 33’840 CHF par année civile. Le 3ème pilier n’est ouvert qu’aux personnes actives soumises à l’AVS en Suisse. De plus, la loi décide de l’ordre des bénéficiaires du capital en cas de décès.

Investir dans un 3ème pilier suisse est un choix judicieux pour préparer sa retraite ou encore pour faire face à des situations difficiles. Le 3éme pilier n’étant rien d’autre qu’un contrat de prévoyance individuelle, il doit s’adapter à vos objectifs financiers et votre situation de vie.